La violence, une fatalité ou une affaire de société ?

Violentomètre crée par le centre Hubertine Auclert, La Seine Saint Denis et la mairie de Paris

Comment adapter l'outil

"Le Violentomètre" dans l'environnement professionnel ?

Le « Violentomètre », outil de mesure efficace dans une société de violence

La violence est partout dans notre société. Dans notre couple, au travail, dans la cour de récréation. Comment l’éviter ? Comment la prévenir ? Aujourd’hui, une femme est tuée tous les deux jours par son conjoint ou son ex-conjoint.Selon l’Etude Nationale sur les morts violentes au sein du couple de 2018 :
-121 femmes sont décédées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint
-28 hommes sont décédés de la main de leur compagne, compagnon ou ex-compagne

De même, 21 enfants sont également décédés concomitamment à l’homicide de leur père et/ou mère.Ces chiffres sont-ils destinés à se revoir à la hausse chaque année ? Qu’est-ce qui peut provoquer certaines personnes à passer à l’acte ? Ces personnes étaient-elles prédestinées à la violence ? Pour prévenir l’irréparable, plusieurs associations et le conseil de Seine Saint-Denis et la Mairie de Paris ont publié le « Violentomètre ». Cette frise est un outil pour repérer les comportements toxiques et violents dans le couple. Elle se départage en 3 catégories :

-« Profite »

-« Vigilance, dis stop ! « 

-« Protège toi, demande de l’aide »

Tous les enjeux du besoin de repérer la violence

Le « Violentomètre » a pour objectif d’aider les hommes et les femmes à repérer les comportements toxiques dans leur couple. Cet outil est indispensable pour se préserver de personnes mal intentionnées. Comme cela sera expliqué en détail plus bas, la violence nait de la relation de pouvoir entre les êtres humains. Il est humain de vouloir se rassurer en trouvant toujours plus pauvre que soi par exemple. Dénoncer ces comportements violents permet de mettre à la lumière du jour les personnes abusant de leur pouvoir sur autrui. En mettant en exergue ces comportements, les abuseurs sont rappelés à la loi.

Un outil qui tend à devoir être appliqué au niveau professionnel dans les cas de harcèlement sexuel

La violence n’est pas typée socialement : elle concerne toutes les classes sociales, tous les âges et dépasse la sphère privée. En ce sens, l’initiative du « Violentomètre » aurait intérêt à inspirer les entreprises dans la gestion des conflits inter personnels et tout particulièrement des problèmes de harcèlements. Car en fait, la violence s’alimente de la relation de pouvoir entre les individus. Lorsque nous nous penchons de plus près sur cette frise, il est dès lors possible de remarquer que certains points sont aussi visibles dans l’univers professionnel.Ainsi au niveau de « vigilance, dis stop ! »-Se moque de toi en public-Te manipule-Insiste pour que tu lui envoies des photos intimes-T’humilie et te traite de folle quand tu lui fais des reproches-Menace de se suicider à cause de toi-Te pousse, te tire, te gifle, te secoue, te frappe-Te touche les parties intimes sans ton consentement-T’oblige à avoir des relations sexuellesPrenons l’exemple de la fameuse affaire Weinstein. Le producteur était un ponte dans son milieu et a sévi de nombreuses années. Quiconque souhaitant un rôle dans un film à Hollywood se devait de passer par lui. Il profitait de sa position sociale pour abuser d’actrices en les manipulant ou en les faisant chanter. Son dicton ? Si tu veux encore obtenir du travail, fait ce que je te dis, sinon ta carrière est foutue. Weinstein achetait leur silence avec de l’argent. Cette pratique est couramment appelée « promotion canapé ». Nous sommes en plein cas d’abus de pouvoir et d’harcèlement sexuel au travail.Avec le mouvement #MeToo, les voix d’actrices se sont levées pour dénoncer ces abus.En ce moment même, Harvey Weinstein est jugé pour harcèlement sexuel et soupçon de viols.Dans l’entreprise, quelle est le rôle du RH face à ce genre de comportement ? Premièrement son rôle principal est d’être attentif, observateur. Il est au contact des employés de l’entreprise pour remarquer tout comportement suspect. Deuxièmement, il rappelle à l’ordre l’intéressé transgressant les règles du code du travail et de l’entreprise.Comment réagir face à une plainte ? Il est possible lors de sa carrière de RH de rencontrer ce genre de situation ou un ou une collègue fait remonter des comportements déplacés et des abus. Le RH est à l’écoute et doit les prendre en considération. L’entreprise met alors en place une procédure connue de tous au sein de l’entreprise pour prendre en charge ce genre d’incidents. En effet le RH a un rôle social dans l’entreprise et peut prévenir du pire. Un.e collègue acculé.e peut se retrouver sans solutions et décider de passer au suicide.Mais comment éviter les situations d’abus au travail ? Cela passe par des formations et sessions de prévention au sein de l’entreprise afin que les collègues soient sensibilisés aux comportements violents. Il est important lors de ces sessions d’expliquer les procédures à suivre pour avertir la RH ainsi que de décliner les pénalités encourues par les personnes sortant de la politique d’entreprise.

Une adaptation pour d’autres types de violence possible ?

Cette violence au travail peut prendre différentes formes que sexuelle. En effet, elle peut prendre la forme d’harcèlement moral par un groupe d’individu ou une seule personne.En 2016, 30% des salariés avaient déjà subi du harcèlement moral au travail. Ce qui fait un peu plus d’un quart de la masse salariale française.Le harcèlement peut s’exprimer de différentes manières. Que ce soit verbalement au travail, ou bien sur les réseaux sociaux et les messageries instantanées. On peut de même prendre l’exemple d’un supérieur hiérarchique s’acharnant sur un employé à cause d’un désaccord. Ou bien celui d’un collègue jaloux de la promotion d’un autre.Cette violence est aussi le fruit d’un dysfonctionnement dans l’entreprise dont il faut connaître l’origine pour la résoudre. Elle peut amener à faire péricliter une entreprise. Un salarié harcelé peut se retrouver isolé, démotivé et cela peut nuire tant à sa santé qu’à sa productivité. Ainsi une entreprise a tout à gagner en améliorant le bien-être de ses employés.Le rôle du RH est ici celui de médiateur. Pour désamorcer les conflits avant qu’ils ne prennent plus d’importance, il peut prévenir la dégradation vers une situation de harcèlement. Mais si un.e employé.e se retrouve en situation d’harcèlement moral et le remonte jusqu’au DRH, alors ce dernier écoute la plainte afin d’évaluer le conflit et appliquer les sanctions nécessaires à l’encontre du harceleur.

La petite enfance, ou l’origine de la violence

Comment expliquer cette violence ? Elle se retrouve dès la petite enfance dans la cour de récrée. Dès la petite enfance, l’enfant a le réflexe de frapper lors de ses colères. Les petits avant l’âge de 7 ans ne peuvent pas différencier le bien et le mal. Lorsqu’ils sont punis, ils ne comprennent pas pourquoi. De cela naît un sentiment de frustration, et de cette frustration vient la violence. L’origine de la violence se trouve ainsi dans l’incompréhension et la frustration.De même, les enfants acquièrent des connaissances en regardant les adultes. Si l’enfant est exposé à des comportements violents, l’enfant tendra à les reproduire. Ainsi, tout commence dans la cellule familiale.L’association l’Enfant Bleu a publié une étude choc en 2017 sur la maltraitance infantile montrant que plus d’un français sur quatre déclarait avoir été victime de maltraitance infantile. Parmi ces personnes maltraitées, 60% n’osent jamais en parler.Cette maltraitance va de la privation, à la violence psychologique et physique, jusqu’aux viols.Ces enfants ayant vécus dans la violence auront une prédominance à montrer des signes de violence durant leur petite enfance.La violence sur l’enfant ne laisse jamais celui-ci indifférent, et lors de son développement jusqu’à l’âge adulte, la personne restera toujours marquée par ces violences.

La violence chez les enfants ou la loi de la jungle à l’école

La violence se retrouve aussi dans les institutions Républicaines. Prenons l’exemple de l’école, où la plupart des enfants se plaignent d’être harcelés et malmenés que ce soit par d’autres élèves ou bien des enseignants.Les élèves reproduisent des comportements qui, comme dit plus haut, proviennent de leur cercle familial (par exemple frapper, insulter, agresser sexuellement). Mais, eux-mêmes reproduisent le même modèle inculqué par l’école. Préférer pointer les erreurs plutôt que de féliciter. En effet, le monde de l’enseignement est emprunt de violence qui se retrouve dans la classe. Pouvons-nous avoir un autre système d’éducation que celui basé sur le pointage de l’erreur ?Prenons l’exemple du système scandinave, et plus particulièrement celui du la Finlande, système faisant figure de modèle éducatif dans le monde. Là-bas les enfants ne sont pas notés durant leurs 6 premières années à l’école, tout en sachant qu’ils ne commencent l’école qu’à 7 ans ! Les notes sont pratiquement inexistantes et ne descendent jamais en-dessous de 4 sur 10 niveaux collège. De même les emplois du temps sont beaucoup moins chargés qu’en France. Le bien-être physique et psychologique des élèves est privilégié par rapport à notre système méritocratique.

Sources :

-Article du Centre Hubertine Auclert

https://www.centre-hubertine-auclert.fr/article/outil-de-prevention-des-violences-le-violentometre

– Etude gouvernementale sur les morts liées aux violences dans le couple

https://www.interieur.gouv.fr/fr/Actualites/Communiques/Etude-nationale-relative-aux-morts-violentes-au-sein-du-couple

-Rapport de la DARES sur les violences morales au travail

https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2017-082v3.pdf

-Rapport de l’enquête de l’association l’Enfant Bleu sur la maltraitance infantile

https://enfantbleu.org/lassociation/publications/chiffres-cles/

-Article sur le système éducatif finlandais

https://www.ecolealternative.com/les-20-particularites-du-systeme-educatif-de-la-finlande/

 

Pour retourner à l’accueil cliquez ici

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :